Des mots du typo…

Aujourd’hui je souhaite vous faire découvrir un ouvrage, prêté par l’une de mes élèves, que j’ai adoré.
Le titre à lui seul est un vrai poème… : “Chier dans le cassetin aux apostrophes” de David Alliot aux Editions Horay.
On y apprend par exemple que l’expression du titre est justement ” 1° l’expression par laquelle l’ouvrier typographe signifiait qu’il voulait quitter l’atelier, généralement à la suite d’une colère.
2° Variante: tout laisser tomber. Etym. Un cassetin aux apostrophes mesure environ 3X2 cm, il devait être difficile de viser juste…”
Ce livre regorge d’expressions propres au métier de typographe qui a perduré pendant plus de 500 ans et qui a disparu avec l’apparition de la publication assistée par l’ordinateur.
On apprend ainsi dans cet ouvrage que les artisans des métiers du livre sont de bons vivants et bon buveurs qui ne ratent pas une occasion de trinquer!Je peux vous assurer qu’au moins ce point là perdure 😉
Un enfant de la balle est par exemple le nom donné à un ouvrier typographe dont le père lui-même était typographe. Cela vient de la balle d’encrage, un tampon de grande forme qui servait au premiers siècles de l’imprimerie à encrer les caractères et cette balle était en peau de chien.
Cette expression vient donc des typographes et a été “usurpée” par le monde du show-business et du spectacle!
Celle-ci je l’adore: “Bê!Bê! : onomatopée, cri d’appel, imitant le cri du mouton, que poussaient vers 16h, les typographes, les conducteurs et imprimeurs qui avaient soif, et qui invitaient ainsi leurs compagnons à venir les rejoindre.”
Ce cri de ralliement devrait beaucoup plaire à certains de mes élèves et de mes confrères!!!
Enfin, si vous souhaitez savoir qui est le Saint patron des typographes et des imprimeurs ( avec Saint Augustin en plus pour les imprimeurs) , c’est Saint-Jean-Porte-Latine, autrefois fêté le 6 Mai (Hi, Hi, Hi, c’est bientôt) et qui était jour chômé.
Mais Saint-Jean est “le nom donné à la blouse et par extension au trousseau que devait posséder tout typographe. Composé d’une blouse noire, d’un composteur de fer et de bois, de pinces, d’une pointe et d’un tire-bouchon diront certains 😉
Prendre son Saint-Jean, c’était prendre ses affaires et quitter l’atelier de sa propre initiative ou après avoir été congédié.
La fête de la Saint-Jean-Porte-Latine était l’occasion d’un traditionnel ala ( réunion festive et bien arrosée) c’était l’un des plus importants de l’année”
J’espère par ces quelques lignes vous avoir donné envie de découvrir le joli vocabulaire utilisé par nos amis typographes.
Enfin, sachez que Saint Célestin est le patron des relieurs et se fête le 19 Mai… Va falloir le célébrer et Saint Barthélémy également qui se fête le 24 Août…
Les relieurs ont toujours bien fait les choses: plusieurs Saints à fêter et honorer, histoire d’organiser plusieurs alas dans l’année.
Quelle belle tradition que nous perpétuons 😉

Pas de commentaire

Laisser un commentaire